Pour les entreprises qui souhaitent travailler avec Rainforest Alliance, ou travaillant déjà avec nous, rendez-vous sur notre site web Business »

x

Rainforest Alliance s’est allié à Nestlé pour transformer la culture du café

8 décembre 2011

La présidente de Rainforest Alliance, Tensie Whelan, avait annoncé fin août 2010 avec Paul Bulcke, PDG de Nestlé, le lancement d’une initiative ambitieuse qui vise à augmenter la production de café « durable » et en faire une activité plus accessible et attrayante pour la nouvelle génération de producteurs.Nestlé est la plus grande société de café au monde (Nescafé, Ricoré, Nespresso…) ; elle achète et vend environ 10% de la production mondiale de café. Rainforest Alliance, quant à elle, est une ONG internationale, reconnue pour son travail en gestion forestière et agricole en matière de développement durable ainsi qu’en tourisme responsable. L’ONG et la multinationale ont travaillé ensemble sur le Nescafé Plan, un programme novateur qui permet d’augmenter les approvisionnements de café cultivé sans avoir recours à la déforestation, consommant moins d’eau et  utilisant peu de produits chimiques.

D’après Paul Bulcke, Nescafé investira 350 millions de francs suisses (environ 336 millions de dollars US) d’ici 2020. Cet investissement permettra à l’entreprise d’accroître sa capacité de recherche et de formation en matière d’agriculture afin d’en faire bénéficier à plus de 25 millions de personnes vivant de la culture et de la vente de café.

Le plan prévoit l’utilisation de méthodes agricoles de pointe pour aider les producteurs à augmenter leur rendement, notamment grâce à de nouvelles variétés de café (hybrides naturels, pas d’OGM) développées par les agronomes de Nestlé. Plus productives, ces dernières sont aussi plus résistantes aux maladies et davantage capables de faire face aux perturbations dues au changement climatique.

Rainforest Alliance et les ONG partenaires du Réseau d’Agriculture Durable SAN (Sustainable Agriculture Network) vont aider Nestlé à atteindre les objectifs prévus dans le Nescafé Plan. Le SAN, constitué de divers groupes de protection de l’environnement basés dans des pays producteurs de café, a développé les premiers critères (aussi les plus répandus) qui tiennent compte de l’interdépendance des trois piliers du développement durable : la protection de l’environnement, la responsabilité sociale et le dynamisme économique. L’Association 4C - association mondiale du café regroupant les producteurs, l’industrie et la société civile - est également impliquée dans le programme.

L’Association 4C a élaboré un code de conduite pour la communauté mondiale du Café, qui est aujourd'hui considéré comme étant la meilleure marche à suivre pour les producteurs faisant leurs premiers pas sur le chemin du développement durable.

Dans le cadre du Nescafé Plan, les agronomes de Nestlé, Rainforest Alliance, le SAN et les organisations participantes vont faire en sorte d'allier le bon sens des méthodes de culture traditionnelle à la science moderne pour développer des techniques de production de café de pointe. Ils sont en cours d’élaboration d’un manuel intitulé Les Meilleurs Pratiques de Production Nescafé. Ces bonnes pratiques seront testées dans 35 exploitations modèles, à proximité des usines Nescafé situées notamment au Mexique, aux Philippines, au Vietnam et en Thaïlande.

Nestlé et les ONG partenaires se sont engagés à dispenser tous les outils de formations nécessaires pour que 10% des plantations fournissant Nescafé soient conformes aux normes SAN d’ici 2020. Ensuite, les producteurs décideront eux-mêmes s’ils souhaitent s’inscrire au programme de certification Rainforest Alliance ce qui permettrait aux cultivateurs d'attester qu’ils respectent des critères stricts et appliquent de meilleures pratiques pour la protection de l'environnement et celle des travailleurs. Pour le moment, Nescafé n’utilisera pas la marque de garantie Rainforest Alliance VérifiéTM pour commercialiser ses produits.

Un autre objectif du Plan Nestlé est que toutes les exploitations fournissant directement Nescafé appliquent les directives du Code 4C d'ici 2015.

Il s'agit donc d'un programme ambitieux et complexe, qui requiert une approche globale et intégrée. Tensie Whelan et Paul Bulcke ont insisté en effet sur le fait que pour réussir dans le secteur mondialisé et concurrentiel du café, les producteurs doivent d’abord respecter les critères établis en matière de développement durable, tels qu’ils sont définis par le SAN et les 4C. Ensuite ces derniers pourront passer à l’étape suivante, ce qui leur permettra d'accroître leur rendement, contrôler leurs coûts, améliorer la qualité de leur café, se diversifier et se préparer aux impacts liés au changement climatique.

« Depuis que Rainforest Alliance et son réseau d’ONG partenaires ont commencé à travailler dans le  domaine du café, il y a plus de vingt ans, nous insistons sur le fait que les défis sociaux, économiques et environnementaux, aussi divers et importants soient-ils, ne peuvent être efficacement relevés si on les traite séparément », explique Tensie Whelan. « Ils doivent être abordés de manière globale et intégrée. »

«  Rainforest Alliance et le SAN sont les collaborateurs les plus pertinents pour nous aider à mettre en œuvre ce plan » affirme Paul Bulcke. « Nos scientifiques et agronomes ont travaillé avec eux pendant des années sur ce sujet. Nous partageons la même idée, de soutenir les générations actuelles et futures de producteurs de café pour qu’ils réussissent ».

« Grâce au Nescafé Plan, beaucoup plus de producteurs pourront s’engager sur la voie du développement durable » ajoute Tensie Whelan. « L’impact potentiel est énorme. Pensez seulement aux bénéfices pour les producteurs, les communautés locales et la nature, si, par exemple, on pouvait doubler le rendement des exploitations de café sans avoir recours aux produits chimiques, ni à la déforestation. »

Search form