Biodiversité -- Nos impacts

Dans le monde entier, la faune sauvage est menacée par l’empiètement des hommes au sein des habitats forestiers sensibles. Depuis 1992, la biodiversité tropicale a diminué de 30 pour cent1. L’exploitation forestière illégale, l’expansion agricole et le tourisme irresponsable peuvent mener à un désastre pour les grands singes, les éléphants et les autres grands mammifères de même que pour les passereaux, les amphibiens et les reptiles.

Les exploitations agricoles et forestières et les entreprises de tourisme avec lesquelles nous travaillons protègent les espèces rares et menacées en empêchant la destruction des habitats naturels, le braconnage et d’autres graves menaces. Elles effectuent un suivi des populations animales sur leurs terres et prennent des mesures pour sauvegarder et restaurer les zones naturelles qui maintiennent ces espèces.

Les forêts certifiées FSC (Forest Stewardship Council) protègent les grands singes et d’autres mammifères

En utilisant des techniques d’exploitation forestière respectueuses de l’environnement, en assurant un suivi des activités de chasse, en conservant les zones de nidification et la conservation des arbres fruitiers, en respectant les lois qui protègent les espèces menacées, les exploitations forestières certifiées FSC ont de meilleurs résultats dans la protection des grands singes et des autres mammifères que les exploitations non certifiées :

  • Les densités de grands singes sont plus élevées2 dans les forêts certifiées FSC (et dans celles en cours de certification) que dans les autres concessions forestières.
  • Une étude concernant sept compagnies forestières au Gabon3 a montré que les compagnies certifiées FSC offrent une plus grande protection pour la faune sauvage en mettant en œuvre 86 pour cent de bonnes pratiques contre 29 pour cent dans les compagnies non certifiées.
  • Au Cameroun, la densité de mammifères sur les exploitations certifiées FSC ou sur celles en cours d’obtention de la certification était plus élevée que sur les exploitations forestières qui ne visaient pas la certification4.
  • Dans les concessions forestières certifiées au sein de la Réserve Forestière Deramakot en Malaisie, les populations de mammifères étaient similaires à celles des aires protégées5 et ces concessions certifiées abritaient même un nombre plus élevés de certains grands mammifères par rapport aux réserves voisines.

Les critères de certification du bois mort préservent la faune sauvage

Dans le Vermont, les forêts certifiées FSC contiennent un volume nettement plus élevé de bois mort, sur pied et abattu, après exploitation par rapport aux forêts non certifiées6. Vingt pour cent des espèces sauvage qui dépendent du bois mort sont rares, vulnérables ou menacées7 et presque tous les types d’animaux prospèrent dans des zones abondantes en bois mort qui sont une source d’habitat et aussi de nutriments pour la bonne santé du sol et la régénération de la forêt.

Le changement d’attitudes envers la protection de la faune

  • Dans l’état brésilien d’Acre, l’adoption des critères FSC par les concessions forestières communautaires a non seulement créé des corridors pour la faune et conservé des zones écologiquement sensibles mais elle a aussi contribué à développer la culture de la préservation de la nature et du respect de la faune sauvage parmi les membres de la communauté8
  • Dans une étude sur 14 entreprises de tourisme vérifiées Rainforest Alliance dans cinq pays (étude en en anglais), toutes déclarent que leurs activités de conservation (dont l’interdiction de menacer les plantes et les animaux indigènes) furent essentielles dans l’amélioration de la qualité des services proposés à leurs clients. Le Tambopata Research Center, un hôtel vérifié Rainforest Alliance, situé au cœur de l’Amazonie péruvienne, offre un exemple vibrant sur la façon dont la protection de la faune peut améliorer la qualité des séjours touristiques.

Les bénéfices environnementaux de nos actions

  1. Programme des Nations Unies pour l’Environnement, Keeping Track of our Changing Environment: From Rio to Rio+20 (1992-2012), http://www.unep.org/publications/search/pub_details_s.asp?ID=6245

  2. Arnold Van Krevold and Ingrid Roerhorst, Great Apes and Logging, rapport du World Wildlife Federation (WWF), 2009, http://awsassets.panda.org/downloads/3617_wnf_mensapen_en_fsc_eng_v7.pdf

  3. Tim Rayden and Rawlings Essame Essono. Evaluation of the management of wildlife in the forestry concessions around the national parks of Lope, Waka and Ivindo, Gabon. Wildlife Conservation Society. 2010. http://wcs-gabon.org/index.php?option=com_remository&Itemid=27&func=fileinfo&id=26&lang=en

  4. Zacharie Nzooh Dongmo, Leonard Usongo, Jeff Sayer and Eduardo Mansur. “Managing Production Forests for Biodiversity.” Nature and Fauna 23, no. 1 (2008): 16–21. http://cmsdata.iucn.org/downloads/nzooh_et_al_2008.pdf

  5. Sam, Mannan, K. Kitayama, Y. F. Lee, A. Chung, A Radin and P. Lagan. “RIL for biodiversity conservation and carbon conservation – Deramakot forest shows positive conservation impacts of reduced impact logging.” mise à jour 18/2 sur la forêt tropicale du ITTO, pp. 7-9. 2008. http://www.forest.sabah.gov.my/images/pdf/publications/Tropical%20Forest%20Update%20by%20Mannan%20et%20al%202008.pdf

  6. Bryan C. Foster, Deane Wang and William S. Keeton. A Post-Harvest Comparison Of Structure And Economic Value In FSC-Certified And Uncertified Northern Hardwood Stands. Ecole des Ressources Environnementales et Naturelles de Rubenstein, Université du Vermont, 2006. http://www.uvm.edu/giee/pubpdfs/Foster_2008_Journal_of_Sustainable_Forestry.pdf

  7. World Wildlife Fund, Deadwood -- Living Forests: The Importance of Veteran Trees and Deadwood to Biodiversity, rapport, 2004. http://wwf.panda.org/?15899/Deadwood-living-forests-The-importance-of-veteran-trees-and-deadwood-to-biodiversity

  8. Imaflora, Does Certification Make a Difference? Impact Assessment Study On FSC/SAN Certification In Brazil, 2009. http://www.imaflora.org/downloads/biblioteca/Does_certification_make_a_difference.pdf

 

Search form