Le thé certifié Rainforest Alliance

Sikobihora Marie Françoise fait partie de l’une de ces centaines de milliers de petits producteurs de thé à travers le monde qui ont appris à produire une tasse de thé plus verte grâce à l’utilisation de méthodes agricoles responsables promues par Rainforest Alliance.

Les petits exploitants comme Marie Françoise fournissent l’essentiel de cette denrée omniprésente — la deuxième boisson la plus consommée au monde après l’eau — mais des défis tels que l’érosion des sols et la dépendance généralisée aux pesticides dangereux font de la culture du thé un mode de vie difficile. En outre, de nombreuses régions productrices de thé subissent des changements météorologiques sous l’effet du changement climatique, ce qui provoque un stress aux théiers et augmente le risque de diminution des rendements et des revenus.

Les exploitations certifiées Rainforest Alliance utilisent des méthodes qui protègent la santé des producteurs, leurs moyens de subsistance, leurs terres et les cours d’eau environnants. Grâce à nos programmes de formation et de certification, nous encourageons des techniques agricoles conçues pour protéger la terre des générations futures.

Soutenir les exploitants

Rainforest Alliance favorise des méthodes agricoles durables qui conduisent à une augmentation des profits et à de meilleures conditions de travail. Pour obtenir le label certifié Rainforest Alliance, les plantations de thé doivent subir des audits annuels selon une norme rigoureuse assortie de critères environnementaux, économiques et sociaux détaillés, qui s’agencent pour promouvoir notre vision holistique du développement durable.

Protéger les terres et les cours d’eau

Au moment de leur implantation il y a des dizaines d’années, les plantations de thé ont remplacé les forêts tropicales par des monocultures, détruisant ainsi la riche biodiversité indigène. En outre, les eaux de ruissellement provenant des pesticides, les eaux usées non traitées et l’érosion des sols taxent les terres sur lesquelles le thé est cultivé. Dans les plantations certifiées par Rainforest Alliance, les pesticides dangereux et interdits sont progressivement éliminés et des alternatives (telles que le désherbage manuel) sont encouragées ; les cultivateurs plantent des barrières végétales pour capter le ruissellement agrochimique, ainsi que des graminées sur les berges escarpées dans le but de prévenir l’érosion ; les eaux usées sont traitées. La Norme de Rainforest Alliance pour l’agriculture durable fournit aux producteurs ces outils concrets auxquels d’autres viennent s’ajouter pour inverser la dégradation de l’environnement et restaurer la santé des sols.

Améliorer les revenus

Bien que la demande de thé soit considérable, les faibles rendements, le coût élevé des intrants et les écarts de production font que les petits cultivateurs de thé peinent à obtenir des revenus décents. Les méthodes apprises par les cultivateurs au moyen des programmes de formation de Rainforest Alliance — comme l’amélioration des techniques de cueillette et de taille, le « remplissage » (plantation dense) et le rajeunissement des sols dans l’ensemble de la plantation — améliorent les rendements et la qualité du thé. La mise en œuvre de ces bonnes pratiques permet aux producteurs de thé d’envisager un avenir prospère, assorti de meilleures conditions de vie.

En savoir plus

Search form