Le Module Climat du SAN

L’agriculture génère une partie importante des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). Les pratiques agricoles non responsables, telles que l’érosion des sols, les coupes à blanc et l’utilisation incontrôlée de produits chimiques, exacerbent le problème. En utilisant le pouvoir de transformation du marché pour promouvoir des pratiques intelligentes face au climat, Rainforest Alliance oeuvre pour gérer des paysages de façon durable et soutenir les communautés rurales. Lorsque l’industrie agroalimentaire s’engage à augmenter leurs approvisionnements en produits agricoles durables, le nombre d’agriculteurs impliqués dans une région du monde peut passer de quelques centaines à quelques centaines de milliers. Quand ces producteurs mettent en place des pratiques d’atténuation et d’adaptation intelligentes face au climat dans leurs exploitations, l’impact positif peut être ressenti à l’échelle du territoire concerné.

Afin de réaliser cette vision, Rainforest Alliance et les autres membres du Réseau d’Agriculture Durable (SAN) une coalition internationale d’organisations de protection de l’environnement à but non lucratif gérant la certification Rainforest Alliance, ont lancé le Module Climat du SAN en février 2011. En s’appuyant sur les pratiques agricoles durables au coeur de la certification Rainforest Alliance, le Module Climat de la certification comprend des critères supplémentaires, dont 15 critères critiques qui ont démontré leur efficacité en permettant d’augmenter la résilience des exploitations agricoles face au climat et atténuer les effets du changement climatique. Ces mesures comprennent :

  • La plantation et/ou la conservation d’arbres et de biomasse ligneuse pour maintenir et augmenter les stocks de carbone ;
  • La conservation du carbone dans les sols en recyclant les résidus des cultures, en réduisant le labourage et en optimisant la rétention et l’infiltration d’eau ;
  • Le développement de systèmes de gestion agricole environnementale et sociale qui évaluent les risques et les vulnérabilités climatiques et incluent des programmes pour atténuer et s’adapter au changement climatique ;
  • L’’enregistrement de données annuelles sur les sources d’émissions de GES et les changements dans l'utilisation des terres ;
  • Le traitement des eaux usées afin de réduire les émissions de méthane et la mise en oeuvre de pratiques de conservation telles que la récupération de l’eau et le stockage des eaux de pluie ;
  • L’application des procédures de traitement des déchets, telles que la production d’engrais biologique et la production d’énergie provenant de la biomasse, qui minimisent les émissions ;
  • Le travail avec les institutions et associations locales pour améliorer la capacité des communautés rurales à s’adapter au changement climatique.

En décembre 2011, Finca El Platanillo, une plantation de café à San Marcos, au Guatemala, a été la première exploitation au monde certifiée pour sa conformité avec le Module Climat. En mai 2014, des milliers d’exploitations en Argentine, au Brésil, au Costa Rica, au Ghana, au Guatemala et en Ouganda ont également été certifiées selon le Module Climat du SAN, représentant environ 30 000 hectares de terres gérées selon les principes de l’agriculture intelligente face au climat.

Search form