Pour les entreprises qui souhaitent travailler avec Rainforest Alliance, ou travaillant déjà avec nous, rendez-vous sur notre site web Business »

x

Les épices Rainforest Alliance sur le chemin du développement durable avec de nouvelles normes

10 février 2012

Rainforest Alliance a annoncé aujourd'hui sa collaboration avec l'Initiative Durable pour les Épices (Sustainable Spices Initiative – SSI) pour interpréter les normes du Réseau d'Agriculture Durable (SAN) à incorporer dans la production durable d'épices. SSI est le premier programme d'importance qui s'attache au développement durable dans la production d'épices. Cette annonce s'intègre dans le cadre du 11ème Congrès Mondial sur les Épices à Pune, en Inde.

Fondé par l'Initiative de Commerce Durable (IDH) et quatre acteurs majeurs du marché des épices hollandais, cet important programme sur les épices aura pour objectif de mettre en place les normes SAN dans la production de 34 différents types d'épices culinaires. Ces normes aborderont les principales problématiques rencontrées dans la production d'épices, dont la perte de biodiversité, l'utilisation massive de produits chimiques et les conditions médiocres des travailleurs. Ces problèmes sont épidémiques dans la production d'épices en général.

“Nous sommes ravis que les plus importantes entreprises d'épices reconnaissent la valeur des normes SAN pour mettre en place un développement durable dans l'industrie,” indique Chris Wille, responsable de l'agriculture durable chez Rainforest Alliance. “En mettant au point des lignes directives d'interprétation au niveau local pour les normes SAN, nous traiterons les aspects de gestion économique, sociale et environnementale pour savoir dans quelle mesure la production d'épices est durable.”

La première phase du projet, qui se déroulera en 2012-2013, se concentrera sur sept épices : le poivre, le piment, le gingembre, le safran, la vanille, le clou de girofle et la cannelle. Les quatre pays producteurs pour cette première phase sont : le Vietnam, l'Inde, l'Indonésie et le Madagascar. Rainforest Alliance espère pouvoir terminer les normes pour le poivre fin 2012.

Les pratiques actuelles dans la production d'épices sont en train d'avoir un effet nuisible pour l'environnement. Avec l'adoption des normes SAN, de nombreux domaines seront concernés comme la conservation des sols et de l'eau, la protection de la vie sauvage et des forêts, la gestion responsable des déchets et l'interdiction d'utiliser des pesticides dangereux et des organismes génétiquement modifiés.

De plus, les normes SAN comprennent un ensemble de questions relatives à la protection des travailleurs, identifiées par l'Organisation Internationale du Travail, parmi lesquelles figurent : le droit de s'organiser, le droit à un environnement de travail sûr et propre, le droit de percevoir au moins le salaire minimum légal du pays, le droit à un logement digne (avec eau potable), l'accès aux soins médicaux pour les travailleurs et leurs familles et l'accès à l'éducation gratuite pour les enfants. Les agriculteurs qui travaillent avec Rainforest Alliance apprennent aussi à accroître leur productivité et à contrôler leurs coûts, souvent en produisant des cultures de meilleure qualité qu'ils peuvent vendre à un meilleur prix.

 “Nous nous sommes rendus compte que les agriculteurs engagés dans le programme Rainforest Alliance apprennent à cultiver de manière judicieuse, en augmentant leur performance aujourd'hui et en préservant les sols fertiles et les ressources naturelles dont leurs enfants vont dépendre,” explique Eric Servat, responsable du programme cacao chez Rainforest Alliance. “Cet ambitieux projet aidera les agriculteurs dans les quatre pays producteurs à atteindre cela et Rainforest Alliance deviendra le principal acteur dans la certification d'épices. ” 

Search form